top of page

Des pongistes motivés et bien structurés



Cette saison sportive sera marquée par l'organisation des 17es Jeux du Pacifique, du 19 novembre au 2 décembre, à Honiara aux Salomon. Pendant un mois, nous vous proposons un focus et un état des lieux des disciplines dans lesquelles la Calédonie sera représentée.


Douze places

Il est prévu de partir aux Jeux du Pacifique avec quatre joueurs et quatre joueuses chez les valides. En handisport, il est censé y avoir une femme et un homme en catégorie debout, et autant en fauteuil. Mais, chose quasi certaine, il n'y aura pas de femme en fauteuil. Avoir, à la place, deux hommes debout (comme ce fut le cas en 2019) est espéré par la Ligue.

Réponse début mai

Pour les pongistes en handisport, le format de qualification reste à être défini. Chez les valides, le processus de qualification a quant à lui démarré dès l'an passé, avec deux Top 6 (tournoi réunissant les six meilleurs du territoire, en dames comme en messieurs). Un troisième a eu lieu en janvier et un dernier est programmé le 22 avril. À l'issue de ces quatre rendez-vous, une moyenne (et non une addition) des résultats sera effectuée, et les deux meilleurs hommes et femmes (qui ont participé à au moins deux des quatre Top 6) seront directement sélectionnés pour les Jeux. Pour les deux autres places chez les hommes et chez les femmes, la commission sportive de la Ligue, soumise ensuite à l'accord de cette même Ligue, proposera ses choix, qui se feront à partir des résultats, du potentiel, de l'assiduité et du comportement en jeu et en dehors, précise le président de la commission, Jérémy Dey. La liste doit être finalisée fin avril, puis officialisée début mai.

Deux entraîneurs

Vincent Bigotte, conseiller technique pour la Ligue, a été désigné entraîneur du groupe masculin. Chez les femmes, il est envisagé que ce soit l'ex-international calédonien Frédéric Faure. L'officialisation est attendue prochainement. En plus des valides, Vincent et Frédéric pourraient également conseiller, durant les Jeux, la sélection handisport.

En Australie

Deux mois avant les Jeux, les huit pongistes de la sélection calédonienne valide, et des remplaçant(e) s si la situation financière le permet, se déplaceront à Melbourne pour y disputer les championnats d'Océanie. Au cours de ce même mois de septembre, il est envisagé, là encore si le budget octroyé pour les Jeux est suffisant, de prendre part au championnat de Nouvelle-Zélande. L'assurance d'y trouver une concurrence intéressante en vue de la compétition aux Salomon. De l'ambition L'objectif de la sélection calédonienne aux Jeux de 2023 est clair : faire "au moins la même chose qu'en 2019, voire mieux en termes du nombre et de la couleur des médailles", pose Jérémy Dey.


Les Néo-Zélandais et les Australiens sont invités à la table, mais dans l'hypothèse où ils viendraient seulement en handisport (ce qui est le plus probable), le titre en simple messieurs est possible pour la Calédonie, qui aura pour principaux rivaux Tahiti (notamment Océan Belrose), le Vanuatu et la Papouasie. Chez les femmes, même postulat, avec un coup à jouer malgré de la concurrence, principalement venue du Vanuatu, de Tahiti (avec "une nouvelle génération, qui joue plutôt bien" selon Jérémy Dey) et des Fidji.


Qui seront, chez les valides, les quatre joueurs retenus pour les Jeux du Pacifique ? Même question pour les joueuses. En attendant le résultat du dernier Top 6 dans deux mois et demi, deux hommes ont une longueur d'avance : il s'agit du champion de Calédonie, Adrien Perrot, et du vice-champion, Jérémy Dey. Sauf retournement de situation, ils iront aux Jeux. Les deux places restantes se joueront entre Olivier Clouet (l'actuel 3e meilleur pongiste du Caillou), Adrien Cerveaux, Eliot Bézard (absent depuis plusieurs mois), Jorn Theuerkauf, Jérôme Morisseau (de retour à la compétition), Arthur Mas (parti en Métropole) ou encore Vincent Ly (lui aussi en Métropole). Tous font partie de la présélection, au contraire de trois jeunes talents : Ronan Aubry et Quillan Kortaa ont arrêté de jouer, tandis qu'Emmanuel Bruchard (en Métropole) a décliné l'invitation, par manque de temps. Côté féminin, Lorie La, ex-championne de Calédonie, et Fabianna Faehau, tenante du titre, sont en tête du classement après les trois premiers Top 6. Cathy Gauthier (de retour à la table), Julie Wanegui, Anaïs Paul, Léa Lai Van, Coleen Bourjade ou encore Agathe Lévèque postulent elles aussi pour les Jeux. Sans oublier Solenn Danger (en Métropole), dont le nom figure dans la présélection. Pareil pour Vanina Santino (Australie).


REPÈRES En première semaine Il est prévu que le tournoi de tennis de table se déroule du 17 au 25 novembre. Le départ de Nouméa est programmé le mercredi 15 novembre, pour un retour dix jours plus tard, le samedi 25. Si le même format que les Jeux précédents est conservé, il y aura d'abord des matchs par équipes, avant le lancement des tableaux du simple et des doubles.

Sept médailles aux derniers Jeux

Les pongistes sont revenus des Samoa, en 2019, avec sept médailles (deux en or, deux en argent, trois en bronze). Dans le détail, cela a donné deux podiums en handisport (or pour Avelino Monteiro en catégorie debout, où Véronique Lussiez a fini en argent) et cinq chez les valides (or en double mixte pour Ronan Aubry et Lorie La, bronze en double dames pour Lorie La et Fleur Dumortier, bronze en individuel pour Solenn Danger, argent par équipe masculine pour Laurent Sens, Arthur Mas, Ronan Aubry et Adrien Cerveaux, bonze par équipe féminine pour Lorie La, Solenn Danger, Fleur Dumortier et Fabianna Faehau). Dans ces 16es Jeux du Pacifique, seul Thierry Cibone (handisport debout, où il n'y a pas de tournoi par équipes) n'a pas ramené de médaille pour la Calédonie. La sélection était entraînée par Jérémy Dey (hommes) et Cathy Gauthier (femmes). Le président de la Ligue, Patrick Gillmann, était le chef de délégation.

Sans "Lolo"

Laurent Sens a remporté en 2019 sa 20e médaille en sept participations aux Jeux. Il n'a manqué aucune édition depuis 1995 à Tahiti, se parant d'or à sept reprises, dont une fois en simple messieurs, en 2007. Il a arrêté la compétition après les Jeux de 2019, et sera donc absent aux prochains, en fin d'année.

Travailler à deux Il est envisagé que, cette saison en Calédonie, les tournois en simple (samedi) aient aussi un tableau de doubles (dimanche) afin de chercher les meilleures paires à aligner aux Jeux.


Les prochains tournois comptant pour le classement calédonien seront le critérium de l'Olympique (18 mars), le critérium de Magenta (15 avril) puis le dernier Top 6 (22 avril). Afin de préparer ces rendez-vous et les suivants, le groupe élite (les présélectionnés ainsi que d'autres éléments de bon niveau) s'entraîne, comme l'an passé, deux fois deux heures et demie par semaine à la salle Jean-Noyant (Motor Pool). Une séance hebdomadaire supplémentaire est envisagée. Des séances en plus sont programmées durant les vacances scolaires. Enfin, s'entraîner parfois le week-end est une autre possibilité qui est actuellement étudiée.


Source : lnc.nc - A. Fillet

Mots-clés :

コメント


Articles récents
Recherche par Tag
Abonnez vous
  • Facebook Basic Square
bottom of page