Tennis de table : la balle ne rebondira plus sur la table avant fin janvier


Jérémy Dey (au premier plan) et Quillan Kortaa sont habitués à s'affronter lors des tournois. Photo Niko Vincent

Dans certaines catégories, dont celle réunissant les meilleurs joueurs, l'année s'achève sans champion. La saison 2022 se profile déjà.


Le comité directeur de la Ligue s'est réuni en fin de semaine dernière et a tranché : la saison 2021 s'arrête là, en l'état. Conséquence : "les championnats territoriaux Open, U9, U15 et doubles", tout comme "le Top 8 Dacia et le tournoi territorial de Koumac", ne sont pas reportés, mais "annulés", explique Patrick Gillmann, président de l'instance depuis 2000. "L'option d'organiser une partie de ces compétitions en janvier 2022 a été abandonnée", du fait de "l'absence d'un nombre trop élevé de joueurs, ce qui aurait faussé le classement territorial et donc la sélection pour les Jeux du Pacifique" de fin 2023 aux Salomon. Parmi les joueurs et joueuses sondés, seuls "entre 15 et 20" ont répondu favorablement pour janvier. "Le club de Koumac", par exemple, n'était "pas disponible" pour se déplacer à cette période de l'année. Inutile, donc, de forcer la main pour organiser une compétition qui, par la force des choses, serait "tronquée".

Les jeunes et les anciens ont pu jouer

Au final, c'est "la première fois" depuis "au moins quarante ans" qu'il n'y a "pas de championnat de Calédonie" organisé. En tout cas pour ce qui est de l'élite (Open), car juste avant le confinement de septembre, plusieurs catégories (U12, U21, vétérans) ont eu le temps de jouer, fin août. La compétition pour les U9, U15 et Open, elle, était prévue mi-septembre. Trop tard. Le classement de l'élite est ainsi figé depuis le tournoi du Mont-Dore en juillet, les rendez-vous de septembre (championnat) et de novembre (Koumac et Top 8 Dacia) ayant été annulés. Bien qu'il ait décidé, depuis six mois, de ranger temporairement sa raquette, le gaucher Ronan Aubry reste en tête, à la faveur d'une belle fin d'année 2020 (qui comptait dans le classement). Arrivent, juste derrière, un autre gaucher, Jérémy Dey, puis Quillan Kortaa, Eliot Bezard, Emmanuel Bruchard, Adrien Perrot, Arthur Mas, Adrien Cerveaux et Rémy Quinne. Premières féminines, d'un classement moins significatif car avec des présences plus irrégulières : Solenn Danger devant Ornella Bouteille, Julie Wanegui, Fabianna Faehau et Anaïs Paul.

Un tournoi régional ?



La saison 2022 doit commencer en douceur avec l'assemblée générale du Comité Sud le 15 janvier, puis une Coupe d'été (tournoi promotionnel) le 29 janvier à Nouméa, avant la Coupe d'ouverture provinciale Sud fin février, trois jours avant l'assemblée générale de la Ligue. Le niveau s'élèvera le 19 mars, avec la 1re étape de l'Élite Tour, à Païta, avec celles de Magenta (23-24 avril), du Mont-Dore (9 juillet) et de Koumac (20-21 août). Le championnat de Calédonie est annoncé pour le 17 septembre en Open individuel et le 1er octobre en double. Des tournois qualificatifs pour les deux Jeux du Pacifique sont prévus les 7 mai et 15 octobre. Et le Top 8 Dacia est calé le 19 novembre. A cela pourrait se rajouter, en milieu d'année, des Internationaux de Nouvelle-Calédonie, couplés à un championnat de la Mélanésie (avec le Vanuatu, Fidji, la Papouasie...), qualificatif pour le niveau mondial, précise Patrick Gillmann, à la tête d'une Ligue de 7 clubs (peut-être bientôt deux de plus avec "Pouembout et Lifou") et de plus de 230 licenciés. Le dirigeant envisage de postuler et espère que la Calédonie pourra accueillir l'événement, synonyme, pour les pongistes du Caillou, de confrontation de bon niveau.


Source : A. Fillet - lnc.nc


Articles récents
Recherche par Tag
Abonnez vous
  • Facebook Basic Square